Un coup de gueule, de désespoir.... tout est dans le titre

Si je vous parle de Schmallenberg, ceci ne vous dira rien. Google, lui, peut vous proposer la météo de cette ville d'Allemagne.

Non, c'est autre chose. Cessons là l'humour.

 

Dans les derniers mois de 2011, toute la Belgique subissait, déjà, un fléau. Un virus baptisé de ce nom, car il était apparu la première fois là-bas. Les autorités françaises ont comptabilisé les cas, dans l'hexagone, et, voyant, qu'en Mai, il n'y en avait plus de nouveaux (normal, les agnelages cessent en avril), on en a conclu que nous étions sauvés. Non, que les bovins ovins et caprins ne seraient plus touchés. La surveillance a donc cessé.

Mais, comme nous l'avions prévu, parié, .... le moucheron vecteur de ce virus, dont personne ne veut avouer l'origine.... ce moucheron, qui avait contaminé, la Belgique, et nos voisins allemands...., au moment des ovulations de l'été 2011, puis le nord de la France à l'automne 2011, a hiberné, puis a repris sa route pour arriver chez nous fin juin, début juillet.

(A cette époque, le dispositif d'épidémiosurveillance avait cessé !)

Il a contaminé les brebis au cours de leur gestation. Et les foetus en ont subi les conséquences. Plus de la moitié du troupeau n'a pas agnelé..... Les brebis sont-elles vides ?

Nous sommes dans le plus profond désarroi.

Les paysans, c'est connu, ne comprennent rien à l'embryologie. On leur demande de payer les analyses. Il n'est nullement question de les aider, encore moins de les indemniser.

La presse contactée se tait.  

Les communiqués du Ministère de l'Agriculture ont subi des modifications inadmissibles lors de la multiplication des cas dans les départements 12 et 64..... Cherchez pourquoi.   Supercheries !

Qui sont les responsables ?

Attention, les images peuvent choquer.

Ces agneaux n'ont pas vécu. Voyez leurs points communs

( arthrogyrpose, scoliose, cyphose, torticolis, brachygnatie...)

mais d'autres, nombreux, ne sauront jamais se tenir debout, marcher, téter, voir, c'est évident.... foie, reins... atteints ?

Que devons-nous faire ?

Payer l'équarrissage pour 11 kg par agneau, alors qu'ils ne pèsent guère plus de 2 kg. Il y a de l'abus, non ?

" Contacté par l'un de vos amis, Monsieur Stéphane LE FOL, Ministre de l'Agriculture, je me suis permis de vous déposer tout un dossier pour expliquer la situation. J'espère que vous comprendrez dans quelle situation se trouvent les éleveurs. Certains ne s'en remettront pas. Mais, c'est évident, il ne faut pas que les consommateurs le sachent, toute la filière lait et viande risquerait de souffrir ! Pourtant, les paysans ne sont pas les responsables ! A qui a profité cette affaire ?

La situation est indigne d'un pays comme le nôtre, Monsieur le Ministre.

On nous a annoncé dans la presse : " le vaccin est en voie d'obtenir son autorisation de mise sur le marché d'ici la fin de l'année 2012. " Or, en août 2013 , qu'en est-il ? On n'en parle plus. A quoi ont servi les centaines de milliers d'euros mis à la disposition des quelques fonctionnaires français ?

Nous n'avons pas le droit de nous substituer à eux, pour tenter d'immuniser nos animaux : exercice illégal de la médecine vétérinaire !"

.

Après une saison 2012-2013 catastrophique économiquement, nous n'avons pas baissé les bras... la saison 2013-2014 n'a vu naître aucun agneau mal formé. Espérons que nos survivants puissent garder leur immunisation et la transmettre.

 

L'abattoir situé dans l'agglomération de Liffré, stockait à l'époque ses effluents, joli mot, excréments et contenus de panses des bovins ... pendant les mois de mai à juillet, en attendant que les agriculteurs aient de la place pour les recevoir.... Mais, en 2011, impossible d'emprunter la route habituelle pour rejoindre ces exploitations, en raison de travaux: pose de bordure de trottoirs, rue de l'étang.

La consigne, pour les chauffeurs fut "passez par la route de La Bouëxière, puis la côte de l'étang, et au carrefour, prendre à droite". Or, la voie qui mène, à la ferme du moulin, c'est à droite avant l'étang, bien avant le carrefour de La Bérue. Nous n'avions pas à recevoir ces chargements...  et, pour faire demi-tour, ce fut laborieux. Les moucherons qui accompagnaient ces "effluents", en profitèrent pour envahir la cuisine de notre locataire de l'époque, mais aussi la bergerie et la salle de traite. C'était impressionnant. Nous ne pensions pas que nous allions en subir les conséquences....

Nous sommes en octobre 2018, la ..... a fermé son abattoir, depuis quelques mois.

Nous devions nous taire, de crainte de "porter un sérieux préjudice au plus gros employeur de la commune", paroles d'un adjoint à la Mairie.... Nous nous sommes tus.